• Michel Van Bogget

  • Andrimont 24

  • B 4987 La Gleize

  • 0496 054 628

  •  

    Bucheron. be

    glacier

  • Michel Van Bogget
  • Andrimont 24
  • 4987 La Gleize - Belgique
  • Tél. 080 78 59 00

  • Gsm 0496 054 628
  • mail: michel [at] bucheron.be
  •  

     

  • Vente de bois de chauffage (bûches livrées à domicile), abattages d'arbres, réalisation de piquets de clôtures. Travaux effectués par le patron. Votre bois de chauffage au meilleur rapport qualité/prix. N'hésitez pas à nous contacter.

    Nouveau site
    (site pour tablette et mobile)

    click here

  •    
     

     

     
     

    Généralités:

     
      Belgique - Buches de bois - Bois de chauffage - Piquets de clôture...

    Définition : Le bûcheron abat les arbres
    Matière première : Le bois
    Matériels outils : La hache, la scie, le passe-partout, la rainette
    Tâches : Abattre les arbres, les ébrancher, les énoeuter, les rainer

    (pour le bois de mine). Débarder les grumes. "Baraquer": faire une

    baraque de bois près des coupes.
    Conditions de travail : Travail en forêt
    Évolution du métier : La tronçonneuse a remplacé la scie, les engins

     à moteurs ont pris la place des chariots et des chevaux pour le

    débardage.

    Production : Grumes

    (troncs d'arbres abattus, ébranchés et recouverts d'écorce)
     

     
      Le bûcheron exécute des coupes de bois, en forêt, à l’aide d’outils et d’engins de plus en plus performants. Il doit abattre ou façonner les arbres sans faire de dégâts aux jeunes semis et aux arbres voisins. Il doit également classer les arbres abattus en différentes catégories en fonction de leur utilisation (bois d’œuvre, bois de chauffage, bois d'industrie).

    Description des tâches / conditions de travail

    Outre les travaux d’abattage et d’exploitation forestière, le bûcheron exécute des travaux de taille et de soin des arbres.

    Chaque arbre est un cas particulier et il faut une longue pratique pour devenir un vrai professionnel. Le bûcheron doit non seulement maîtriser parfaitement les techniques d'abattage, mais organiser les chantiers et respecter les règles de sécurité en utilisant les équipements et les outils adaptés. Les accidents peuvent être très graves et même mortels.

    Le bûcheron doit être autonome car s’il travaille en petites équipes de 2 à 5 personnes, il est souvent isolé sur une parcelle et il doit pouvoir organiser seul son travail. S’il veut travailler à son compte ou devenir chef d’entreprise, il doit avoir des connaissances en droit forestier et en gestion. C'est le métier de la forêt qui offre le plus d'emplois.

    Une grande partie des bûcherons travaillent pour l’Office national des forêts (ONF) ou pour les conseils généraux ou les collectivités territoriales propriétaires des forêts domaniales. Les autres sont aux service d'entreprises d’exploitations forestières ou de groupements de propriétaires privés.

    Ce travail s’effectue en plein air et exige organisation et grand savoir-faire, car les techniques de travail sont difficiles à maîtriser. En rapport constant avec la nature, ce métier nécessite une très bonne forme physique. Certaines tâches doivent être réalisées dans des positions inconfortables et pour un grand nombre d’entre elles en hiver.

     
     
      Le métier de forestier-bûcheron est idéal pour les personnes qui aiment travailler en plein air. Qu’ils appartiennent à une petite ou à une grande équipe, les forestiers-bûcherons assument certaines responsabilités. Ils doivent bénéficier d’une bonne condition physique et supporter les aléas météorologiques. Ils ont un sens développé pour la technique et font preuve d’une bonne capacité de discernement – par exemple pour estimer correctement les risques encourus.
    La principale tâche des forestiers-bûcherons est la récolte du bois. Mais ils s'occupent aussi de la plantation et de l'entretien des jeunes arbres. Leur domaine d'activité inclut des travaux de construction sous forme d'ouvrages naturels (par ex. pour renforcer les talus et les berges de ruisseaux) ou des travaux d'entretien des chemins.
    Il faut prendre ses responsabilités vis-à-vis de la nature - et par un travail soigneux également veiller à sa propre sécurité.

     

    Les bûches constituent le moyen de chauffage au bois le plus traditionnellement utilisé par les particuliers. Les feuillus durs (charme, hêtre, chêne, etc.) constituent le meilleur bois de chauffage. Les résineux peuvent également être utilisés, mais ils brûlent plus vite, émettent plus de suie et se conservent généralement moins bien.
    Equivalence énergétique : 1 stère de chêne sec à l’air représente environ 160 l de mazout. En d’autres termes, pour obtenir un équivalent énergétique de 100 l de mazout, il faut utiliser environ 0,6 stère de bois. Le bois est commercialisé par stère (empilement de bois de 1m sur 1m sur 1m). Pour s’assurer une bonne combustion, on utilisera du bois bien sec (2 ans de séchage, voire plus pour certaines essences) et non pollué (peinture, vernis, produits d’imprégnation, …).

     

    Pourquoi le bois de chauffage est-il une énergie renouvelable ? Le bois est une énergie propre et renouvelable. Le CO2 ,libéré pendant sa combustion, est le même que celui qui serait rejeté dans l'atmosphère lors de sa dégradation naturelle.
    L'impact de la combustion du bois sur l'atmosphère est donc neutre.Pourquoi l'utilisation de bois de chauffage ne détruit-elle pas la forêt ? L'exploitation forestière, permet de régénérer les forêts et d'assurer le développement durable des espaces boisés.
    Comme dans la plupart des pays européens, la surface boisée s'accroît fortement. En France, depuis les deux derniers siècles, elle a presque doublé ! En effet, le prélèvement forestier annuel est inférieur à l'accroissement naturel de la forêt. Le capital forestier augmentant de plus de 10 % chaque année, la ressource est donc préservée et le bois considéré comme une énergie renouvelable.

     

    Le bois est une ressource importante en Wallonie : la forêt couvre un tiers du territoire. La gestion de celle-ci vise surtout à produire du bois de qualité pour des usages nobles (bois de construction, meubles...). Cela engendre des sous-produits qui peuvent être valorisés énergétiquement dans des installations de chauffage ;
    En outre, le bois est un combustible local, ce qui implique moins de transport. Il favorise l’emploi local et le développement rural ; Le bois favorise l’indépendance énergétique ;Enfin, des primes existent en Région wallonne qui peuvent donner un coup de pouce au moment de se décider pour l’achat d’un chauffage au bois.

     

     
     

    Entrez

     
      Dernière mise à jour de cette page: dimanche 31 janvier 2010